Auteur Sujet: Çà c'est passé un 17 juin 1959.  (Lu 148 fois)

Gedeon

  • Moderator
  • .
  • Messages: 192
    • Voir le profil
Çà c'est passé un 17 juin 1959.
« le: 17 juin 2019, 17:07 »
Le 17 juin 1959 A Melun-Villaroche, piloté par Roland Glavany, le Mirage IV, bombardier atomique français, effectua son premier vol. Il était équipé de deux réacteurs «Atar 9».

Le jour où un Mirage IV décolla avec une vraie bombe nucléaire...

Lors d'un colloque sur la dissuasion nucléaire, qui s'est tenu ce lundi 8 juin à Paris à l'initiative de la Fondation pour la recherche stratégique, le général Etienne Copel, un ancien de l'armée de l'air, a évoqué une faille dans la sécurité nucléaire - jamais reconnue publiquement, mais connue de nombreux aviateurs.

En 1964 ou 1965, un bombardier Mirage IV des Forces aériennes stratégiques a décollé sur alerte, avec une arme nucléaire réelle. Or, la Défense et les Armées ont toujours expliqué que de tels vols, avec des armes réelles, ne se pratiquaient pas en France - contrairement, par exemple, à ce que les Américains ont longtemps fait. Ce n'est pas faux... sauf cas non-conforme. Comme cela s'est donc produit.

Voilà ce que nous avons pu reconstituer en interrogeant plusieurs anciens, qui, tous, confirment les déclarations du général Copel.

Nous n'avons ni la date exacte (sans doute 1965, donc dans les premiers mois des prises d'alertes qui ont débutées le 8 ocotbre 1964), ni la base concernée. Saint-Dizier, Orange ou peut-être Luxeuil (où les Mirage IV n'arrivèrent qu'en 1966) ?

Ce qui est en revanche certain, c'est la manière dont les choses se sont déroulées. Les ordres étaient alors transmis par un système de télé-affichage, le TAFF, depuis le PC de Taverny vers les bases nucléaires. Ce TAFF ressemblait à celui utilisé par la SNCF pour indiquer les trains dans les gares. C'était alors très moderne. Un bug s'est toutefois produit dans les transmissions électriques, à cause d'un orage, et la plaquette "DG noire sur rouge" s'est affichée dans l'escadron d'alerte. DG signifiait Décollage de Guerre. Les aviateurs, assez surpris, ont aussitôt réagi et fait décoller l'avion avec sa bombe AN-11, un engin de 1500 kg. Une fois l'erreur constatée, l'appareil a été rappelé. Aucune procédure d'engagement de tir - et sans doute d'amorçage de l'arme - n'a été engagée.

Mis au courant, le général De Gaulle aurait été très... content. La preuve était faite que le système marchait bien et que les aviateurs n'hésitaient pas un instant à obéir à un tel ordre présidentiel. L'armée de l'air renforça immédiatiement la sécurité en créant une barrière de plus dans la transmission des ordres.

Cinquante ans après les faits, il s'agit aujourd'hui d'histoire, mais il est probable que les forces stratégiques aient connu d'autres incidents, qui finiront par être racontées lors d'un colloque !

Le 17 juin 1985 Patrick Baudry va dans l'espace avec les américains.

Bonne journée,
A+ GD
« Modifié: 18 juin 2019, 10:18 par Gedeon »