Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - Gedeon

Pages: [1] 2 3 ... 10
1
Le 22 février 1912 A Pau, volant à bord d'un monoplan Deperdussin équipé d'un moteur Gnome mono soupape rotatif, le Français Jules Védrines dépasse, pour la première fois au monde, la vitesse de 160 km/h.
Caractéristiques du Deperdussin (a ne pas confondre avec 2 paires de seins  :D)
Constructeur aéronautique   : Société des Aéroplanes Deperdussin
Type   Avion de course
Mise en service   1912
Motorisation
Moteur   Moteur rotatif à refroidissement par air Gnôme 14 cylindres
Puissance   160 ch
Dimensions
Envergure   6,65 m
Longueur   6,10 m
Surface alaire   9,66 m2
Nombre de places   1
Masses
Masse maximum   612 kg
Performances
Vitesse de croisière maximale   204 km/h
Vitesse maximale (VNE)   210 km/h

+ d'infos ci après : https://fr.wikipedia.org/wiki/Deperdussin_Monocoque

Le 22 février 1986 La terre est désormais observée par un satellite français : SPOT (Satellite Pour l’Observation de la Terre).

Le 22 février 1987 L'Airbus A-320 effectue son premier vol.

Bonne journée,
A+ GD

2
Le 21 février 1935, deux sœurs ont forcé la porte d'un avion en vol d'un Havilland Dragon Rapide.
Elles ont sauté de l'avion.
Les sœurs Jane et Elizabeth étaient les filles du consul américain à Naples, Court Du Bois. 
Les deux femmes avaient été fiancés aux pilotes tués dans l'accident d'un hydravions de la Royal Air Force en Sicile le 15 Février 1935. :(

Le 21 février 1951 - Le Canberra, devient le premier avion bombardier à effectuer une traversée de l'Atlantique sans ravitaillement en carburant, en 4 heures 37 minutes.
L' English Electric Canberra est une première génération britannique de bombardier moyen qui a été fabriqué dans les années 1950. Il a été mis au point par English Electric au milieu des années 1940 en réponse à une exigence du ministère de l’Air de l’Air de 1944 voulant qu’il succède au bombardier rapide de Havilland Mosquito en temps de guerre .
Parmi les exigences de performance de ce type, il y avait l'exigence d'une capacité exceptionnelle de bombardement à haute altitude et à grande vitesse. Celles-ci ont été partiellement accomplies en utilisant la nouvelle technologie de propulsion par réaction.
Quand le Canberra a été mis au service de la Royal Air Force(RAF), en mai 1951, il est devenu le premier avion bombardier à réaction du service.

Le 21 février 1952 - Premier vol du Saab 210 , un banc d'essai suédois pour le concept du double delta dans le développement du chasseur Saab 35 Draken.
Ci après photos et caractéristiques : https://www.avionslegendaires.net/avion-militaire/saab-210-lilldraken/

Bonne journée,
A+ GD


3
Le 20 février 2009 - Deux avions des Tigres tamouls (Zlín Z 143 - Monoplan monomoteur à ailes basses, principalement utilisés à des fins d'entraînement) remplis d'explosifs C4 en route vers le quartier général de l'armée de l'air sont abattus par l'armée sri-lankaise avant d'atteindre leur objectif, en une attaque de style kamikaze.
Zlín Z 143 (Modèle amélioré du Zlin Z 43). Fabricant: Moravan Otrokovice.
Caractéristiques et photos ci après  : https://en.wikipedia.org/wiki/Zl%C3%ADn_Z_43

Le 20 février 1998 - TWA retire le dernier de ses «avions gros porteurs» Boeing 747. Le Boeing 767, plus récent et plus efficace, est désormais le principal avion intercontinental de la compagnie.

Le 20 février 1996 - Décès de Jeffrey Kindersley Quill , officier britannique de la RAF pendant la Seconde Guerre mondiale, officier RNVR et pilote d'essai. Il a testé toutes les marques de Spitfire.

Le 20 février 1992 - Soixante-seize passagers tombent malades et un meurt après avoir consommé des crevettes contaminées servies à bord du vol 386 d’Aerolíneas Argentinas , ce qui a permis d’améliorer les procédures de désinfection des avions. :o
C'est sur les crevettes pas fraîches + les turbulences c'est pas top. Bon appétit..... :)

Le 20 février 1962 John Glenn effectue trois révolutions orbitales à bord de Mercury Friendship

Bonne journée,
A+ GD

4
Le 19 février 1982 : Le Boeing B-757 effectue son premier vol.
Toutes les infos ci après : https://fr.wikipedia.org/wiki/Boeing_757

Le 19 février 1986 : lancement et mise en orbite du premier module de la station spatiale habitable russe MIR.

Bonne journée,
A+ GD

5
Le 18 février 1911 : Premier vol aéropostale : le pilote français Henri Péquet transporte le courrier de Allahabad à Nani aux Indes.

Henri Péquet est le premier aviateur à avoir transporté officiellement du courrier par avion1 le 18 février 1911, entre Allahabad et Naini Junction, deux villes indiennes distantes de 10 kilomètres, avec l'aide de l'armée britannique, et dans le cadre de l'exposition universelle de l'Industrie et des Transports de Allahabad.
À l'issue de ce vol de 27 minutes à bord d'un avion biplan Sommer, Péquet livre environ 6 000 lettres et cartes postales.



Le 18 février 1977 :  Base Edwards Californie. La navette spatiale américaine effectue son premier vol porté.
Le 18 février 1977, le Boeing 747 SCA effectuait le premier vol porté du programme ALT - c'est dire le premier vol avec la navette Enterprise (navette inhabitée) sur le dos.

Bonne journée,
A+ GD

6
Le 15 février 1946 - TWA transporte les stars en Constellation

Des stars en Constellation  ;D

Le Tout-Hollywood embarque pour un vol direct de Los Angeles à New York.

Un véritable studio de cinéma volant !

D'Edward G. Robinson à Paulette Goddard, de Linda Darnell à William Powell et à Walter Pidgeon, trente-cinq vedettes de l'écran ont répondu favorablement à l'invitation de la TWA pour cette première traversée sans escale Los Angeles - New York.

Le célèbre milliardaire texan Howard Hughes pilote lui-même le Lockheed Constellation.

Le long voyage, au dire des journalistes qui accompagnaient les artistes, s'est déroulé le plus merveilleusement du monde.
Un service particulièrement soigné avait été réservé aux passagers, dans un confort total à plus de 8 000 mètres d'altitude.

Bonne journée,
A+ GD

7
Le 14 Février 1932 : Un Lockheed Vega, propulsé par moteur Diesel et piloté par R. Nichols, établie un record d'altitude pour les avions à moteur Diesel. Il atteind 19 928 pieds (6 074 mètres).

Mais q'est ce que c'est un Lockheed Vega ? :

"Il planait comme un rocher tombant d'une montagne." :o

Le Lockheed Vega est un avion de transport de passagers, également utilisé comme avion militaire, développé dans les années 1920.
 
Monoplan de six passagers, construit par la compagnie Lockheed à partir de 1927, il est devenu célèbre de par son utilisation par un certain nombre d'as du pilotage qui furent attirés par sa conception robuste adaptée à la très longue distance. Parmi eux, Amelia Earhart devint la première femme à traverser l'Atlantique sans escale et Wiley Post fit deux fois le tour du monde avec le sien.

Conçu par John Knudsen Northrop et Gerrard Vultee, qui ont ensuite fondé chacun leur propre entreprise, l'avion était initialement destiné à servir sur les lignes aériennes propres de Lockheed. Ils décidèrent de construire un avion de quatre places qui soit non seulement robuste, mais aussi le plus rapide.
Comme propulsion, ils ont choisi le Wright Whirlwind, qui délivrait 225 ch (168 kW).

Le premier Vega , nommé Golden Eagle, a décollé de l'usine Lockheed de Los Angeles le 4 juillet 1927. Il avait une vitesse de croisière rapide pour l'époque de 193 km/h, et une vitesse de pointe de 217 km/h.

Cherchant à améliorer la conception, Lockheed a sorti le Vega 5 en 1929 : Mise en place du Pratt & Whitney R-1340 Wasp de 450 ch (336 kW) et réduction suffisante du poids pour permettre d'ajouter deux sièges. Un nouveau NACA cowling (en) augmenta de la vitesse de croisière à 249 km/h et vitesse de pointe à 266 km/h.

Il pouvait être difficile d'atterrir avec le Vega. Dans ses mémoires, Elinor Smith a écrit qu'il « planait comme un rocher tombant d'une montagne ». En outre, la visibilité avant et latérale de l'habitacle était extrêmement limitée ; Lane Wallace, un chroniqueur pour le magazine Flying a écrit que « même en vol en palier, le pare-brise offrait une meilleure vue du ciel que de toute autre chose, ce qui lançait plus qu'un défi de détecter un changement d'attitude ou d'angle d'inclinaison. Au décollage ou l'atterrissage, il n'y avait pratiquement pas la moindre visibilité vers l'avant ».

Bonne journée,
A+ GD




8
Le 13 Février 1943 : Le Vought F4U Corsair entre en service actif.

La première mission opérationnelle est menée par le Marine Fighter Squadron 124 de l'US Navy. Il s'agit d'une mission d'escorte de Consolidated PB4Y Liberator bombardant Bougainville.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_F4U_Corsair_restants

Bonne journée,
A+ GD

9
Le 11 février 1928 dans le ciel : auteurs d’un raid aérien depuis Paris qui n’aura duré pas moins de quatre mois !

En ce 11 février 1928, un grand nombre de personnes se sont donné rendez-vous à New York, rassemblées autour du Consul général de France, M. Mongendre, et de plusieurs aviateurs : Bennett, Lévine, Balchen, Noville ou encore Chamberlin. Tous sont venus saluer et accueillir Dieudonné Costes et Joseph Le Brix, auteurs d’un raid aérien depuis Paris qui n’aura duré pas moins de quatre mois !

En effet, c’est le 10 octobre 1927 qu’ils quittaient l’Hexagone, pour rejoindre l’Afrique, l’Amérique du Sud, puis l’Amérique centrale, installés aux commandes du « Nungesser – Coli », à savoir un Breguet 19 motorisé par un modèle de la firme Hispano-Suiza, avec lequel ils vont ainsi enregistrer 214 heures de vol, parcourant 37 000 kilomètres lors de ce voyage très longue distance !

La dernière étape de leur randonnée aérienne Washington – New York aura été bouclée en deux heures, Dieudonné Costes et Joseph Le Brix arrivant à l’aérodrome de Mitchell-Field, un peu après dix heures, avec neuf avions de l’armée et trois avions de la marine pour escorte.

Bonne journée,
A+ GD

10
Le 08 Février 2018 Toulouse : un avion d’Air Algérie perd une partie de son train d’atterrissage… au décollage :o

Un Boeing de la compagnie Air Algérie, qui reliait Toulouse à Oran, a perdu des éléments de l'avion à Blagnac, a indiqué le Bureau d’enquêtes et d’analyses .

C’est donc avec un train d’atterrissage réduit qu’un avion d’Air Algérie a quitté, jeudi 8 février 2018, une piste de l’Aéroport Toulouse-Blagnac (ATB). Ce Boeing 737-600 reliait Oran, au nord-ouest de l’Algérie. Et il a bel et bien perdu un élément de son train d’atterrissage en décollant de Blagnac, a annoncé mardi 13 février 2018 le Bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA).

Une roue n’a pas été retrouvée (forte récompense a celui qui la retrouve)  :))

Au décollage, l’avion a « perdu une pièce métallique qui appartiendrait à la roulette de nez, un élément du train d’atterrissage situé sous le nez de l’avion », ont indiqué nos confrères de l’AFP, à qui la direction de l’aéroport de Toulouse a précisé qu’après le décollage, « un axe de roue sectionné (…) a été retrouvé sur la piste, mais pas la roue ».

Ils ont interrogé un porte-parole du BEA, qui a assuré :
À ce stade nous n’ouvrons pas d’enquête, nous nous coordonnons avec les autorités algériennes, l’avion étant arrivé à Alger.

Atterrissage « en catastrophe »
Toujours est-il que l’information a fait le buzz en Algérie, où des médias relatent l’histoire. Il y aurait eu « un mouvement de panique » à bord de cet avion qui « a dû atterrir en catastrophe » à Oran. Selon le site Algérien Focus et l’agence SabqPress, le pilote du Boeing 737 a « rencontré d’énormes difficultés à stabiliser l’appareil » lors du contact avec la piste d’atterrissage.

Bonne journée,
A+ GD

11
Le 6 février 1945 dans le ciel : MS. 470, le prototype fait sa première sortie

En ce mardi 6 février 1945, on assiste à un vol inédit à Tarbes : en effet, le MS. 470 effectuant en ce jour sa toute première sortie dans les airs. Ce prototype de l’armée de l’air française, qui est un mélange du chasseur monoplace MS. 406 et du MS. 472, et qui peut accueillir deux personnes, se destinant à des vols d’entraînement, est alors piloté pour l’occasion par J. Cliquet, pilote d’essai.

Le MS. 470, construit par la firme Morane Saulnier, peut évoluer dans le ciel à une vitesse comprise entre 140 kilomètres par heure et 417 kilomètres par heure, respectivement la vitesse minimum et la vitesse maximale en palier, grâce à son moteur 12 X Hispano-Suiza pouvant développer une puissance de pas moins de 680 chevaux.

C’est seulement au cours de l’été 1945, que l’appareil sera soumis aux premiers vols d’essai après ce vol inaugural de ce 6 février 1945, mais ces derniers, à savoir onze, ne seront pas totalement concluants et mettront en lumière quelques problèmes : les pédales de commandes, la voilure, le freinage, entre autres, ne sont pas bien conçus.

Plus d'informations/photo sur le lien suivant : https://www.aviafrance.com/morane-saulnier-ms-470-aviation-france-10031.htm

Bonne journée,
A+ GD

12
Le 5-9 février 1939
L'Anglais Alex Henshaw réussit un Londres / Le Cap et retour en 4 jours, 10 heures et 16 minutes sur Percival Gull.

Henshaw s'est ensuite tourné vers les vols longue distance. Après une reconnaissance des routes est et ouest en 1938, il partit de Gravesend à 3 h 35 GMT le dimanche 5 février 1939 pour piloter son Mew Gull vers Le Cap et retour.
Il a fait le plein à Oran en Algérie , a traversé le Sahara pour atterrir au Congo Belge , puis en Angola , à l’ aérodrome de Wingfield .
Le Cap après avoir parcouru 6 377 milles en 40 heures. Il a passé 28 heures au Cap et a retrouvé sa route vers le Royaume-Uni.
Il a atterri le 9 février après une vol de 39 heures et 36 minutes. Il a effectué l’aller-retour de 12 754 milles en 4 jours, 10 heures et 16 minutes, battant le record de chaque étape et établissant un record en solo pour l’aller-retour. À la fin, il était si fatigué qu'il a fallu le sortir du cockpit.

Son récit de cet exploit épique est présenté dans son livre, Flight of the Mew Gull (1980), dans lequel Henshaw décrit des atterrissages dangereux sur des pistes d'atterrissage lointaines, affrontant une tempête tropicale et surmontant un épuisement extrême au retour. L'avion qu'il a utilisé, G-AEXF , a été restauré dans sa configuration de vol Cape dans les années 1980.
Il est resté en vol à Breighton dans le Yorkshire jusqu'en février 2013, date à laquelle il a été acheté par The Shuttleworth Collection. Le Royal Aero Club a décerné le trophée Britannia à Henshaw pour son vol record.

L'avion en demo ci après :
Caractéristiques générales du Percival Gull :

Équipage: 1
Capacité: 2 passagers
Longueur: 7,5 m (24 pi 9 po)
Envergure: 11,02 m (36 pi 2 po)
Hauteur: 7 pi 4½ in (2,25 m)
Surface de l'aile: 169 ft 2 (15.70 m 2 )
Poids à vide: 1 170 lb (531 kg)
Poids brut: 2 050 lb (930 kg)
Groupe motopropulseur: 1 × Cirrus Hermes IV à 4 cylindres en ligne, refroidi par air, 130 ch (97 kW)

Performance :

Vitesse maximale: 145 mph (233 km / h)
Vitesse de croisière: 201 km / h
Gamme: 700 km (1 126 km)
Plafond de service: 16 000 pi (4 877 m)
Taux de montée: initial 850 ft / min (7,3 m

Bonne journée,
A+ GD

13
Le 4 février 1949 : Les autorités de l'aviation civile américaine autorisent l'utilisation du radar d'approche comme principale aide à l'atterrissage en cas de mauvais temps.

Le radar a joué un rôle crucial dans le conflit, et a probablement eu une contribution plus importante pour la victoire des Alliés que la bombe atomique.

L’expérience acquise pendant le conflit par un grand nombre de chercheurs a permis d’élargir l’utilisation du radar à d’autres domaines que le militaire. On le retrouve directement ou indirectement aujourd’hui dans l’aviation civile, le contrôle maritime, la détection météorologique, les détecteurs de vitesse de nos routes et même en médecine.


Mais ça marche comment ?

Composantes d'un radar .
Un radar est formé de différentes composantes :

l'émetteur qui produit l'onde radio ;

un guide d'onde qui amène l'onde vers l'antenne sur les radars à hyperfréquences (fréquences supérieures au gigahertz) ;

le duplexeur, un commutateur électronique, dirige l'onde vers l'antenne lors de l'émission puis le signal de retour depuis l'antenne vers le récepteur lors de la réception quand on utilise un radar monostatique. Il permet donc d'utiliser la même antenne pour les deux fonctions. Il est primordial qu'il soit bien synchronisé, puisque la puissance du signal émis est de l'ordre du mega-watt ce qui est trop important pour le récepteur qui, lui, traite des signaux d'une puissance de l'ordre de quelques nano-watts. Au cas où l'impulsion émise serait dirigée vers le récepteur, celui-ci serait instantanément détruit ;

l'antenne dont le rôle est de diffuser l'onde électromagnétique vers la cible avec le minimum de perte. Sa vitesse de déplacement, rotation et/ou balancement, ainsi que sa position, en élévation comme en azimut, sont généralement asservies mécaniquement, mais parfois aussi électroniquement (voir l'article Antenne réseau à commande de phase). L'antenne est sollicitée tant en émission qu'en réception. Ces deux fonctions peuvent être cependant séparées entre deux antennes dans le cas de radars multistatiques ;

le récepteur qui reçoit le signal incident (cible - antenne - guide d'ondes - duplexeur), le fait émerger des bruits radios parasites, l'amplifie, le traite ;

un étage de traitement de signal permettant de traiter le signal brut afin d'en extraire des données utiles à l'opérateur (détection, suivi et identification de cible; extraction de paramètres météorologiques, océanographiques, etc.). Le tout est contrôlé par le système électronique du radar, programmé selon un logiciel de sondage. Les données obtenues sont alors affichées aux utilisateurs.

Plus d'informations sur le lien suivant : https://fr.wikipedia.org/wiki/Radar

Bonne journée,
A+ GD

14
Merci Polho pour cette précision.
ça va bien avec le dicton du jour.
Inintéressante son habitation .

15
-Le 1er février 2003 La navette spatiale Columbia se désintègre lors de son entrée dans l’atmosphère. La mission STS-107 était le 28e vol de la navette Columbia et le 113e vol du programme de navette spatiale de la NASA.


-Il installe un vieil avion dans son jardin, les impôts lui réclament les taxes d’aéroport. (voir photo)

Bordeaux – C’est une histoire totalement incroyable que Lucien Miremont raconte aujourd’hui à toute la presse régionale d’aquitaine alors qu’il brandit devant les yeux ébahis des journalistes, le document des services des impôts qui lui réclament 17 ans d’arriérés de taxe d’aéroport pour sa carcasse de Boeing 727 installée dans son jardin.

Passionné par l’aviation et les avions, Lucien avait acheté à une compagnie aérienne aujourd’hui disparue, la carcasse de ce Boeing 727 qui déjà, ne volait plus depuis de nombreuses années au moment où il l’avait transporté sur le terrain qui jouxtait sa maison, dans la région bordelaise. Il avait dans un premier temps pensé à en faire une maison d’hôtes puis avait renoncé et avait alors aménagé l’intérieur en chambre d’amis. C’était en 1997 et Lucien n’imaginait pas, à cette époque, qu’il recevrait, 17 ans plus tard, la visite d’un contrôleur fiscal qui viendrait lui réclamer autant d’années d’arriérés de paiement de taxe d’aéroport pour un appareil posé dans son jardin. L’homme des impôts n’a rien voulu entendre ni même comprendre. Même si l’appareil n’a plus de moteur et qu’il ne vole plus, pour lui, le jardin était devenu un aérodrome et Lucien devait s’acquitter des sommes que réclame l’état à tout propriétaire d’une surface aménagé où stationnent des appareils volants, qu’ils volent encore ou non. Lucien n’a pas le premier sous des 1.145.000 euros qui lui sont demandés et n’a aucune idée de la manière de pouvoir les payer. Il a pensé un instant à faire une souscription ou un projet de crowdfunding mais y a renoncé lorsque le contrôleur lui a confirmé qu’il devrait également payer des impôts et taxes sur les sommes récoltées. Quelques semaines plus tard, c’est la DGAC, la Direction Générale de l’Aviation Civile, qui est arrivée sur place et Lucien a alors écopé d’une forte amende pour tout un ensemble de non-conformités de son aéroport et la contrainte de se mettre aux normes dans les trois mois. Il a maintenant l’obligation de faire passer par un scanner de détection, toutes les personnes qui entrent chez lui ainsi que leurs bagages et doit vérifier qu’ils ne sont pas sur une liste noire des compagnies aériennes.

Lucien l’a juré. Il va se débarrasser de cette carcasse à la première occasion. Il peste contre ces tracasseries de l’administration française et a promis de ne plus s’y laisser prendre. Dès qu’il aurait l’argent nécessaire pour faire recycler l’épave de son avion et faire dépolluer le terrain, comme les services de l’équipements le lui demandent sous peine d’amende, il mettra un terme définitif à toute cette belle histoire.

Fake ou pas :)


Bonne journée,
A+ GD

Pages: [1] 2 3 ... 10